Au printemps 1995, Chirac entrait à l’Élysée, La Haine secouait la Croisette, le FC Nantes était champion de France de foot et six potes d’enfance du 91 s’apprêtaient à jeter un pavé dans la mare du rock hexagonal.

Leur nom : SILMARILS

Formé, en1989 pour la fête de leur lycée, SILMARILS, c’est d’abord l’histoire d’une amitié sans faille, de celle que l’on retrouve dans les biopics Hollywoodiens romancés.

L’histoire de 6 potes d’enfance, qui se connaissent depuis l’école primaire et qui commencent à apprendre la musique ensemble. Ils ont alors à peine 15 ans.

« Chamboulés » par ce premier concert, ils se mettent à écumer les bars et les MJC de la banlieue Parisienne et, quelques années plus tard, se font remarquer par le producteur écossais Peter Murray (The Pogues, Zebda, Les Négresses Vertes…) qui leur permettra de signer leur 1er contrat chez Warner.

A l’époque, il dit de SILMARILS, que c’est « la rencontre De Led Zeppelin et des Beastie Boys. »  Mais en français dans le texte.

Leur 1er single « Cours Vite » est une déflagration. Porté par le riff rageur de Jimi D. et un texte sans concession signé par le chanteur-leader du groupe, David Salsedo, cette chanson devient rapidement un hymne qui met le feu aux poudres…Et qui défraie la chronique avec son clip provoc et censuré, signé Olivier Dahan (La Môme), obligeant même Philippe Manœuvre à prendre publiquement parti pour le groupe, qu’il apprécie particulièrement.

Leur 1er album est un véritable brûlot mêlant la rage du métal à l’urgence du hip-hop. Il devient rapidement disque d’or et reste dans les charts pendant plus d’un an. La tournée qui l’accompagne est colossale. Pendant 18 mois, ils jouent partout, en France mais aussi en Europe, et dans les plus grands festivals, partageant l’affiche avec AC/DC, Bjork, Public Enemy, Red Hot Chili Peppers, ou encore NTM ou Nick Cave.

Car ce qui représente le mieux Silmarils, c’est la scène. Véritable « machine de guerre » en live, les 6 garçons livrent à tous les coups un show surpuissant et maitrisé qui met tout le monde d’accord. Même les plus perplexes repartent sonnés par la puissance de feu et la générosité du gang, emmené par David Salsedo.

En une douzaine d’années, SILMARILS sort 4 albums studios, 2 albums live et effectue plus de 600 concerts à travers le monde.

Au début des années 2000, ils décident de surprendre en enregistrant un album plus « funky » (Vegas 76), sous la houlette du producteur de Beastie Boys, Mario Caldato Jr.

Le 1er extrait de l’album s’appelle « Va Y Avoir Du Sport ». Il se vend à 400.000 exemplaires et est aujourd’hui encore considéré comme un classique.

En 2005, SILMARILS sort « 4 LIFE » un album qui renoue avec les sonorités radicales des 1ers disques et ravit les fans.

S’ensuit une nouvelle tournée marathon, à l’issue de laquelle ils décideront de mettre le groupe en « stand-by » après 15 années passées ensemble, pour se consacrer à des projets plus personnels :

David Salsedo écrit les tubes du groupe Nantais Dolly (Je n’veux pas rester sage, Partir seule) entre autres…), découvre et produit les 2 premiers albums de Superbus et compose même un titre pour Johnny Haliday, tout en développant son propre label, Run Fast Records.  Il sortira son premier album solo « Wine & Pasta » en 2010, enregistré et produit avec Jimi D., le guitariste de SILMARILS et Mario Caldato Jr, des Beastie Boys.

Jean-Pierre Martins (cuivres, chœurs) n’est pas en reste, et entame une carrière de comédien florissante (Cerdan dans La Môme, Laisse tes mains sur mes hanches, Coluche, Baron Noir….)

Cette pause dure plus de 10 ans.

Alors que le groupe fait planer le mystère, une page Facebook est créée par des fans. Sur le « mur » du groupe, les commentaires s’amoncèlent et on peut y lire l’envie des fans de voir leur groupe favori remonter sur scène.

L’acteur et réalisateur Guillaume Canet, publie même une vidéo où il se met en scène en imitant David Salsedo lors de son interprétation de Cours Vite. Il y dit son amour pour le groupe qui a composé la bande son de son adolescence.

La vidéo fait un tabac et élève SILMARILS au range de « groupe » culte d’une génération.

Mais rien n’y fait et ces derniers n’y prêtent même pas attention.

C’est en 2020 que les choses vont s’accélérer. Peter Murray et Alias le tourneur historique du groupe évoquent avec David Salsedo l’idée de réunir SILMARILS pour un concert au Bataclan (leur salle fétiche)  afin de marquer les 25 ans de leur 1er album éponyme.

1 heures et 5 coups de téléphones plus tard, SILMARILS est réuni !!!

Et qui plus est, dans sa formation originelle. Tous les acteurs des débuts ont répondu présent, l’acte II peut commencer !

L’annonce de la reformation de SILMARILS se fait uniquement via les réseaux sociaux, sans promotion et de manière totalement organique. L’effet est immédiat : les places pour le concert du Bataclan se vendent en quelques jours.

L’annonce est relayée par Guillaume Canet (encore lui) à coups de post et de vidéos et la réédition vinyle des 2 premiers albums du groupe est un carton et se permet même de rentrer de nouveau dans les charts, 25 ans après !

Fort de cet engouement qui les touche profondément, le groupe décide que les choses ne peuvent pas en rester là et annoncent qu’après le concert complet du Bataclan le 05 novembre 2021, ils entameront une nouvelle tournée, toujours avec le line-up originel.

La sortie de nouveaux titres est aussi envisagée mais non confirmée à ce jour.

à partir du

20/11/2021 7:00 pm

jusqu'au

20/11/2021 11:30 pm

Adresse

Le LaBo 27, rue Phocas Lejeune 5032 Isnes

Groupe(s)

Organisateur(s)